Nuclear Waste

Choisissez une catégorie Choisissez une catégorie

  • Réacteur Réacteur
  • Réacteur (fermé) Réacteur (fermé)
  • Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs) Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs)
  • Stockage intermédiaire (autres déchets) Stockage intermédiaire (autres déchets)
  • Site de stockage (déchets hautement radioactifs) Site de stockage (déchets hautement radioactifs)
  • Site de stockage (autres déchets) Site de stockage (autres déchets)

Pays-Bas

 


Réacteurs en service: 1
Réacteurs en construction: 1 (procédure d'autorisation)
Réacteurs en démantèlement
: 1


Déchets radioactifs de haute-activité:
Installations temporaires  de stockage: 561 t HM de combustibles fossiles nucléaires + 30m HLW.
Retraitement : 400 t HM (France), aucune information disponible (GB)

Autres déchets nucléaires:
10.765 m³ (1845 m³ de dioxyde d'uranium appauvri) de déchets radioactifs faible et moyenne activité sont entreposés dans des installations d'élimination intermédiaires. Le stockage définitif est prévu dans des formations géologiques profondes, mais seulement après 100 ans de stockage intermédiaire. Aucune information n'est disponible sur la quantité de déchets radioactifs de très faible niveau, qui sont écartés puisque considérés comme «déchets conventionnels ».


Gestion des déchets radioactifs haute-activité:

Il est  prévu que des éléments combustibles nucléaires soient  retraités l'étranger. Les déchets produits par le retraitement seront stockés de façon intermédiaire pour une durée de 100 ans. Le stockage final doit permettre la récupération.

Stockage définitif des déchets radioactifs haute-activité:

Jusqu' présent, aucun site de stockage définitif n'a été recherché dans les Pays-Bas. Un programme de recherche a simplement déclaré que les dépôts de sel et d'argile existent en nombre suffisant pour permettre un stockage définitif. Une installation de stockage définitif au niveau régional ou international est également envisagée.



Problèmes
:

Le retraitement ayant lieu en France, l'exposition accrue de la main-d'œuvre et la population, ainsi que le risque accru d'accident est transféré dans un autre pays. Des dispositions provisoires de stockage des déchets radioactifs pour un maximum de 100 années impliquent des risques élevés, étant donné qu'aucune expérience n'a été menée sur le stockage pour une aussi longue durée.