Nuclear Waste

Choisissez une catégorie Choisissez une catégorie

  • Réacteur Réacteur
  • Réacteur (fermé) Réacteur (fermé)
  • Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs) Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs)
  • Stockage intermédiaire (autres déchets) Stockage intermédiaire (autres déchets)
  • Site de stockage (déchets hautement radioactifs) Site de stockage (déchets hautement radioactifs)
  • Site de stockage (autres déchets) Site de stockage (autres déchets)

France

 


Réacteurs en activité : 58
Réacteurs en construction: 1
Réacteurs en démantèlement : 0


Déchets radioactifs de haute activité :
Déchets stockés : 13 464 t HM de matière radioactive + 2 293 m3HLW
En retraitement : 16 000 t HM de matière radioactive (France)

Autres déchets nucléaires :
176 588 m3  de déchets radioactifs de moyenne et faible activité sont stockés dans des dispositifs provisoires et 735 278 m3en surface ou faible profondeur dans des sites d'entreposage. Les déchets très faiblement radioactifs ne sont pas considérés comme des "déchets conventionnels". Quelques 83 574 m3 sont stockés dans des installations provisoires et 89 331 m3 dans des dispositifs définitifs. Par ailleurs, environ 30 millions de tonnes de déchets contenant de l'uranium ont été généréespar les mines d'uranium et les activités de retraitement.


Gestion des déchets hautement radioactifs:

Une grande partie des éléments du combustible usé est retraité en France. Un site de stockage définitif des déchets est prévu en couche géologique profonde pour le reste du combustible usé, déchets produits par le retraitement et les déchets "ultimes". L'extraction restera possible pendant 100 ans.
Pour les éléments de combustible usés créés par les nouveaux réacteurs prévus, l'abscission et la transformation des atomes radioactifs sera une possibilité après 2040.

Stockage final des déchets radioactifs haute activité :

La première comparaison statutaire de sites avec différentes couches géologiques a échoué. Un site de stockage définitif pour les déchets de haute et moyenne activité est aujourd'hui prévu dans une couche d'argile proche du laboratoire de recherche souterrain Bure. La mise en service est planifiée en 2025.



 

Problèmes :

Le retraitement des combustibles usés implique une augmentation du risque d'irradiation pour les travailleurs et la population, ainsi qu'un risque d'accident accru. De plus le retraitement augmente le risque de prolifération nucléaire. Enfin, de grandes quantités d'uranium appauvri ont été transportées des usines de retraitement françaises jusqu'en Russie où elles sont entreposées dehors, dans des conditions de sécurité complètement inappropriées.