Nuclear Waste

Choisissez une catégorie Choisissez une catégorie

  • Réacteur Réacteur
  • Réacteur (fermé) Réacteur (fermé)
  • Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs) Stockage intermédiaire (déchets hautement radioactifs)
  • Stockage intermédiaire (autres déchets) Stockage intermédiaire (autres déchets)
  • Site de stockage (déchets hautement radioactifs) Site de stockage (déchets hautement radioactifs)
  • Site de stockage (autres déchets) Site de stockage (autres déchets)

Belgique

 


Réacteurs en activité: 7
Réacteurs en construction: 0
Réacteurs en démantèlement : 0


Déchets radioactifs de haute activité :
Déchets stockés : 2 675 t HM de matière radioactive (chiffres de 2004, les informations plus récentes n'ont pas été communiquées pour raison de sécurité) + 279 m3 de déchets hautement radioactifs
En retraitement : 670 t HM de matière radioactive (France)

Autres déchets nucléaires :
17 127 m³ de déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont stockés dans une installation provisoire. D'ici 2016 le stockage dans un dispositif proche de la surface est envisagé. Il n'existe pas d'informations disponibles sur la quantité de déchets très faiblement radioactifs considérés comme "déchets conventionnels".


Gestion des déchets hautement radioactifs :

Jusqu'en 2001, date laquelle un moratoire a été mis en place, les éléments combustibles utilisés étaient retraités La Hague. Les déchets générés par ce processus sont pour la plus grande partie toujours stockés sur le site de retraitement. Les déchets radioactifs haute activité et, si nécessaire, les éléments combustibles nucléaires utilisés, sont censés être stockés en couche géologique profonde.

Stockage final des déchets radioactifs haute activité :

Aucune décision propos d'un site de stockage définitif de déchets hautement radioactifs n'a été prise en Belgique. Pour le moment la possibilité d'un stockage direct en couche géologique profonde est l'étude. Dans ce but un laboratoire expérimental souterrain existe Mol. La mise en service d'un site de stockage définitif n'est pas attendue avant 2080.



Problèmes :

Alors que le retraitement a lieu en France, l'exposition aux radiations pour les travailleurs et la population tout comme le risque potentiel d'accidents est délocalisé dans un autre pays. Si le retraitement était abandonné et que le stockage direct était poursuivi, les déchets hautement radioactifs seraient stockés la surface pendant 70 ans.